Circuler dans le delta

Piétons, cycliste, conducteur… ou les 3 à la fois, vous habitez ou travaillez dans le quartier. Témoignez !

La place de Strasbourg revisitée par le Centre d’Art La Fenêtre pour le magazine Artdeville n°59 automne 2018.

L’association de quartier Delta Gare souhaite porter la voix des habitants sur les questions de circulation dans notre « delta » et ses rues environnantes.

Vous rencontrez des difficultés dans votre circulation au quotidien ? Avez repéré des endroits dangereux ? C’est le moment de partager votre témoignage. L’association Delta Gare portera ensuite les résultats de ce questionnaire aux pouvoirs publics pour que la vie dans notre quartier soit plus belle.

Le questionnaire « Circuler dans le delta »

Une banderole pour dire merci aux hommes et femmes sur le terrain !

LE DELTA REMERCIE CEUX QUI SOIGNENT, NOURISSENT, NETTOIENT, PROTEGENT…

Une banderole de soutien à celles et ceux qui soignent, ceux et celles qui nourrissent, ceux et celles qui assurent la protection, la propreté, la sécurité, celles et ceux qui font tourner les services publics, les services sociaux… en cette période de Covid-19, est accrochée au coeur du Delta !

Sur une idée de Gaëlle Maury, directrice du centre d’art La Fenêtre, le jeune graphiste parisien engagé Dugudus nous a permis d’accrocher cette banderole conçue en plein début de confinement, avec ses voisin·e·s. La Fenêtre et Delta Gare ont cofinancé l’impression, réalisée à tarif ultra préférentiel par Tomoë, notre super imprimeur de la rue Bastide.

L’accrochage a eu lieu le 16 avril 2020, en petit comité ultra respectueux des consignes de distanciation sociale.

La banderole est visible rue Frédéric Peysson, au numéro 27, sur le mur du Centre d’Art La Fenêtre.

Le travail de Dugudus, créateur talentueux et engagé, est à découvrir sur son site : https://dugudus.fr/

Et biensûr, si tous les métiers ne sont pas nommés, il s’agit de saluer et encourager tous ceux et toutes celles qui en dépit de l’absence effrayante de matériel de protection ont continué à accomplir leur mission d’intérêt collectif et général. Qu’ils et elles en soient ici encore remercié·e·s.

La mer commence dans nos rues (enfin presque )!

Les adhérent·e·s de Delta Gare qui pouvaient être disponibles ont fait un tour des rues du Delta, pochoir et bombe de peinture à la main, ce vendredi 27 septembre 2019.

Informés par l’association du quartier Port Marianne, qu’une campagne de tags éco-pratiques se lançait enfin à Montpellier, nous avions sollicité la métropole qui nous a fourni le matériel. 2 pochoirs, des gants en latex et deux bombes de peinture acrylique. Après l’annulation de notre World Clean Up Day/ Journée de nettoyage de la planète de samedi 21 septembre pour cause de grosses pluies, nous avons lancé une invitation urgente aux adhérent·e·s à taguer ensemble nos trottoirs et rues !

Emmanuelle, Francine, Alain, Alban, Djelali, Solène, Stéphanie se sont ainsi retrouvés vendredi 27 septembre à 18 h à l’angle des rues Sainte-Catherine et Bazille, haut lieu du dépôt de déchets dans la rue. En une petite heure très sympathique, une quinzaine d’avaloirs ont pu être tagués du message « Ici commence la mer, ne jetez rien » , accompagnés d’un poulpe ou d’une mouette.

En grands débutants du tag, nous avons fait de notre mieux, avec sur certains tags, une forte tendance à l’abstraction ;-)) Nous avons eu la joie de faire participer d’enthousiastes écoliers, avec l’accord de leur maman, et de recevoir des encouragements de plusieurs passant·e·s.

Extrait de la » fiche mégots » du Ministère de la transition écologique. https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/

nouveau saint roch

Dans l’édition de Montpellier du dimanche 24 janvier 2021, Midi Libre livre une double page sur le Nouveau Saint-Roch, sous l’angle urbanisme/immobilier, avec un éclairage sur l’avis des habitants concernant les accès routiers. Stéphanie Teillais Blandamour, présidente de Delta Gare, a été interrogée pour savoir ce que Delta Gare pensait de ce nouveau quartier.

zoom sur Le Pont de sete dans midi libre

Dans son édition de Montpellier du dimanche 4 octobre 2020, Midi Libre a posé la question du devenir du Pont de Sète, fermé à la circulation massive depuis 5 ans, devenu, par son emplacement entre le nouvel espace cathédrale de la Gare et le parking du Nouveau Saint-Roch un espace-parvis très fréquenté par les piétons, aux accès plus que sommaires. Plusieurs associations des quartiers limitrophes ont répondu aux questions de Frédéric Mayet (Mion Association, Clerondegambe, DeltaGare) ainsi que l’association Montpellier à pied ou le président de la fédération départementale des taxis. Côté municipalité, micro a été tendu à Manu Raynaud, au titre d’adjoint délégué à la ville apaisée. Midi Libre évoque des quartiers proches de la « thrombose » en matière de circulation automobile, l’inquiétude face à l’arrivée de 1500 logements supplémentaires d’ici 2025, l’absence de place faite aux piétons, vélos, et l’espoir des associations d’habitants qu’une réelle concertation se mette en place….

L’intégralité des deux pages peut être achetée sur midilibre.fr
Nous diffusons cependant ici l’article qui témoigne de la réponse de Delta Gare et des associations voisines.

EXTRAIT de l’enquête de Midi Libre – Edition de Montpellier – Dimanche 4 octobre 2020.

on agit dans le delta !

Si 99 habitant·e·s du Delta jettent chacun 1 seule bouteille de verre par semaine dans l’un des 7 containers à verre qui nous entourent, nous aurons tous les 99 évité à la planète 1069 kg de CO2 à la fin de l’année , soit l’équivalent de 6700 km de voiture !!!! L’énergie économisée par le recyclage d’une seule bouteille permet d’alimenter une ampoule basse consommation pendant 24 heures ; un ordinateur pendant 25 minutes.

L’argument écologique est évident. Mais connait-on l’argument économique… celui qui fait que les dépenses communes et les taxes augmentent ? Une économie de 130 euros par tonne…. Comme en témoigne la diapo ci dessous (Source Eco emballages/ http://www.ecoemballages.fr/collectivites/partager-les-bonnes-pratiques/le-verre-un-enjeu-economique).

Ci dessus, la carte des containers à verre du quartier.

Au bout de la rue Colin, au bout de la rue Bazille, place Carnot, rue du grand Saint Jean… Nous avons tous et toutes un container à 2 minutes à pied de chez nous, sur le chemin du travail, etc….

Trions, trions, et disons à nos voisins qui n’y pensent pas pourquoi c’est essentiel de le faire !

Publicité dans les rues : donnons notre avis jusqu’au 20 décembre

Notre Delta apparait en bas de la zone hachurée orangée sur ce plan et ce commentaire extraits de l’analyse de Paysage de France.

Le Règlement Local de la Publicité intercommunal (RLPi) de la Métropole de Montpellier est actuellement soumis à enquête publique : nous avons, nous habitant·e·s jusqu’au 20 décembre 2019 pour donner notre avis (en ligne ou en mairie). Et franchement, alors que l’écologie est au coeur des enjeux d’aujourd’hui, ça vaut la peine d’y consacrer un peu de temps !

« L’une des premières mesures du projet de la métropole montpelliéraine vise à autoriser des panneaux publicitaires là où ils sont normalement interdits »
s’alarme l’association Paysage de France, qui relève « l’autorisation massive de la publicité lumineuse, motorisée et défilante sur mobilier urbain en toute zone et, à une seule exception près, sans moindre règle de densité (ou de nombre maximum), y compris dans les agglomérations de moins de 10 000 habitants où la publicité sur mobilier urbain est interdite. Et cela selon une surface 4 fois supérieure à la surface maximale admise à Paris, en ZP2c (« zones résidentielles et tissus urbains mixtes de la ville de Montpellier ») et en ZP4c (« zones commerciales économiques d’intérêt métropolitain (sic) et zones commerciales de la métropole ») »

Le registre dématérialisé est ici : : https://www.registredematerialise.fr/1775/observation

Pour en savoir plus

Le projet de la Métropole soumis à enquête publique.. https://www.montpellier3m.fr/rlpi-  

L’analyse complète de l’association Paysages de France : https://urlz.fr/bi4L

Samedi 21 septembre, DELTA gare relaie l’appel du World clean up Day

Pour cause d’intempéries, la ramassage et l’apéro de quartier sont annulés. Les adhérents bénévoles réfléchissent à un futur rendez-vous. Merci à tous ceux et toutes celles qui avaient manifesté leur enthousiasme pour ce projet. Ce n’est que partie remise…en 2020.

16 h-20h. Un temps sympa et utile entre voisins. Ramassage et tri des déchets de nos rues, réunion et apéro partagé de quartier…

un joyeux apéro d’été

Une association de quartier ce sont d’abord des voisins qui se rencontrent et se parlent. Quoi de mieux qu’un apéro d’été des adhérents pour fêter cette première année tourbillon qui aura vu naitre dans notre Delta : des apéros, un loto de noël et un vide-grenier organisé par des hommes et des femmes qui ne se connaissaient pas 1 an plus tôt !

C’est ce mercredi 10 juillet, chaleureusement accueillis par LN, l’âme de la galerie Arterossa, que nous nous sommes retrouvés pour un court et enthousiaste bilan du vide-grenier, et pour partager l’essentiel : rencontrer l’autre, le voisin ou la voisine qu’on ne connaissait pas, plus vieux, plus jeune, de l’autre rue, échanger, refaire le monde… C’était hyper convivial, et bienveillant, comme nous l’avons souhaité depuis le début. Près de la moitié des adhérents 2019 étaient présents… jusque tard.

Déjà dans les projets : une participation au WordCleanUp Day le samedi 21 septembre. Une réunion d’info, mardi 16 juillet, sera suivie par les adhérents intéressés… on en reparle vite.

Bel été à tous, ici ou ailleurs.

Une sculpture sur la place de Strasbourg

Dans le cadre de la ZAT et de l’ouverture du musée d’art contemporain de Montpellier (Moco), une sculpture de Lili Reynaud Dewar s’est assise sur la place de Strasbourg… {malheureusement depuis la parution de cet article la sculpture a été décapitée puis retirée. Depuis le 15 juillet, à la place d’une oeuvre d’art, nous avons… une caméra de surveillance ! }

Sans nom. Place de Strasbourg. Sculpture de Lili Reynaud Dewar. Juin 2019.

Dans le cadre de l’exposition temporaire de 100 artistes dans la ville (globalement dans et autour de l’écusson), en parallèle à l’inauguration du Moco, musée d’art contemporain de Montpellier, c’est sur la « place » de Strasbourg, devant notre pin adoré, que Lili Reynaud Dewar installe une sculpture pérenne en aluminium brut, réalisée à partir d’un moulage de son corps. L’oeuvre a été acquise par la ville, et a donc vocation à être pérenne. On croise les doigts…

 " Cette statue de femme, assise par terre, porte des chaussures de sport, un jean, un collier.  Elle a à ses côtés un sac et tient un téléphone portable à la main. À échelle 1, posé à même le sol, cet autoportrait déjoue les codes de la statutaire publique : le socle, la monumentalité, la dignité, la masculinité. Ses attributs communs et contemporains, qui inscrivent définitivement la sculpture dans l’époque, voire le moment même du moulage du corps de l’artiste (le printemps 2019), écartent quant à eux toute tentation d’intemporalité ou d’exception"   nous dit-on sur le  site internet de la ZAT

L’avis de Stéphanie : « Ni monumentale, ni masculine, ni antique… C’est vrai qu’elle est à mille lieu des éphèbes d’Antigone ! Elle est un peu comme nous, perdue entre les panneaux, scooters garés à la sauvage, voitures, revêtements de sol patchwork…. On peut même passer à côté d’elle sans la voir. Elle installe une fragilité humaine presque incongrue au milieu de « l’autoroute » bd de Strasbourg/rue Peyson. Assise au sol, absorbée sur son téléphone, elle n’a cure des bagnoles folles et du bruit. Elle est ailleurs. J’aime la façon dont elle me rappelle que les trottoirs sont aux piétons, la ville aux humains et qu’une pause s’impose même dans les endroits les plus improbables ! » Et vous qu’en pensez-vous ?

Extrait du site internet de la ZAT.

Sans nom. Place de Strasbourg. Sculpture de Lili Reynaud Dewar. Juin 2019.

indépendante, imaginative, constructive

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer